ANIMAL KINGDOM-Les fauves-

Publié le

ARP Sélection

Une rue anonyme dans la banlieue de Melbourne. C’est là que vit la famille Cody. Profession : criminels. L’irruption parmi eux de Joshua, un neveu éloigné, offre à la police le moyen de les infiltrer. Il ne reste plus à Joshua qu’à choisir son camp...

Tout commence par une scène apparemment anodine: un adolescent sur un canapé, une femme endormie à côté de lui, sans doute sa mère, lui semble comme absent, apathique, et brusquement le samu qui arrive, et le jeune homme de leur annoncer que sa mère vient de faire une overdose, ils ne pourront la ranimer, lui semble sans émotion, choc! scène glaçante et brute à l'image d'un film noir, glauque, sans concession, portrait d'une famille de gangsters en pleine déliquescence, dans laquelle va devoir s'immerger et survivre le jeune orphelin, cachant sous une apparente froideur une blessure et une rage étouffées, sous les ordres d'une grand-mère un peu parrain, chef de clan et lionne veillant sur ses petits (interprétée par la magnifique et intense
Jacki Weaver.
Le fils perdu, en pleine détresse existentielle, va devoir affronter sa famille et tenter de se construire, comme un innocent agneau lancé dans la meute des loups.
Ici la violence est toujours présente, mais souvent en suspens, sous-jacente, à l'image de cette musique stressante et pénétrante, parfois brutalement stoppée par des meurtres sanglants, l'ambiance est tout le long oppressante et laisse planer un crépuscule déjà amorcé pour ces hommes, ou plutôt ces animaux sauvages qui sont traqués et pris en chasse par la police, se sachant en sursis, à l'image de cette scène où l'un d'entre eux fuit pour leur échapper, comme un animal blessé tenterait désesperément d'échapper à son chasseur, avant d'agoniser dans les blés, comme une bête froidement abattue.Une des meilleures scènes du film.
Le film a les qualités mais aussi les défauts de sa construction, car si le réalisateur arrive, grâce à des acteurs bien choisis, intenses, avec une gueule, un charisme impressionnants, à installer ce climat et cette atmosphère, à travers aussi la métaphore de la sauvagerie animale, en maitrisant formellement l'exploration de cette famille pas comme les autres, le scénario souffre aussi cruellement d'un manque de souffle, et cette tragédie familiale aux faux airs de James Gray ou de Scorsese,  finit par nous ennuyer aussi par moments,
par sa lenteur assumée, son ambiance étouffante, à l'image de ces ralentis, un peu maniérés, et peut-être aussi à cause de son choix de ne jamais délivrer d'émotion.
Reste un sujet fort, intéressant et puissant, qui délivre une implacable efficacité dans l'exploration de la violence à l'intérieure d'une famille en train de s'effondrer, une expérience à vivre, perturbante à souhait, malgré les défauts d'un film ambitieux et souvent agaçant.

MA NOTE: 13/20


Commenter cet article

MSC dissertations 13/10/2011 12:47


Wow Impressive!Your blog is very informative. However, it is pretty hard task but your post and experience serve and teach me how to handle and make it more simple and manageable.
Thanks for the tips… Best regards


Canada Goose Parka 06/10/2011 03:35


Your blog is very well, I hope can share with you together more wonderful blog,Welcome to Canada Goose Parka.