LES CHEMINS DE LA LIBERTE-La longue marche-

Publié le

Colin Farrell, Jim Sturgess et Ed Harris. Metropolitan FilmExport

En 1940, une petite troupe de prisonniers décide de s’évader d’un camp de travail sibérien.
Pour ces hommes venus de tous les horizons, s’échapper de cet enfer ne sera que le début de l’aventure…
Ensemble, ils vont parcourir plus de 10 000 kilomètres, à travers la toundra sibérienne glacée, traversant les plaines de Mongolie, les fournaises du désert de Gobi puis les sommets de l’Himalaya pour franchir la Grande Muraille de Chine.
Certains s’arrêteront en chemin, d’autres ne survivront pas aux épreuves. L’Inde - alors sous contrôle anglais - est le but ultime.
Mais la route est longue, les rencontres risquées, les conditions physiques épouvantables, et chacun a ses secrets…

Les Chemins de la liberté est une adaptation du best-seller "À marche forcée" écrit par Slavomir Rawicz, ancien soldat polonais envoyé aux goulags sous le régime stalinien.
Ce film commence avec une scène d'interrogatoire et de trahison superbement filmée et touchante, se poursuit comme "La grande évasion" mais la suite est tout autre, en effet l'évasion en elle-même ne représente que le début du film, un début très fort, passionnant et intense avec la vie dure et la présentation des personnages au sein du goulag,  n'est que le prétexte pour Peter Weir à filmer la longue, douloureuse et sacrificielle marche vers la liberté de ces hommes à qui on l'a injustement enlevée.Voilà le vrai fil du film.
Et pendant près de deux heures on va suivre le difficile, incroyable (et pourtant vrai) périple de ces humains abandonnés dans une nature belle mais ô combien hostile, froid glacial, tempête de neige, ou chaleur suffocante, désert et tempête de sable, rien ne sera épargné à nos valeureux héros ordinaires, mais leur courage et leur ténacité  (on le sait dès le début), leur volonté de survie, auront le dessus sur les éléments naturels.Le metteur en scène semble constamment privilégier ce rapport à la nature et à ses éléments rebelles,  au détriment des rapports humains, qui nous donnent pourtant par moments, trop rares hélas, des scènes chaleureuses, douloureuses ou intimistes assez réussies, pourtant l'ensemble est trop lent, contemplatif et manque d'un vrai souffle lyrique, et finalement trop académique pour passionner, car de plus il y a très peu de rebondissements dans le scénario écrit d'avance, peu d'émotion et de tension aussi dans cette aventure humaine pourtant sensible, qui s'apparente dans sa dernière partie à un véritable chemin de croix, avec moultes souffrances et déchéances physiques, et on en vient à attendre la fin qu'on connait de plus déjà.
Comme point fort il y a les acteurs, si Ed Harris est toujours aussi charismatique et si Jim Sturgess, en gentil camarade, est très convaincant, apportant leur faire-valoir assez suffisant pour qu'on s'attache un peu (mais pas assez) à leurs personnages, Colin Farrell, dans le rôle de ce russe voyou et tatoué assez ridicule, qui de plus disparait de l'écran assez vite, ne m'a pas convaincu pour une fois, et mérite beaucoup mieux que ce rôle, à l'image de tout le film, inégal,  qui manque cruellement de puissance visuelle et émotionnelle.Dommage car le récit était suffisamment fort et beau humainement parlant pour en tirer une épopée lyrique et bouleversante, au lieu de celà, et en refusant de mieux cerner ses différents personnages,  dans leur magnifique combat empreint de courage et de résistance, on se retrouve devant une sorte de road-movie, certes admirable, qui révèle de belles séquences visuelles, mais qui se révèle assez creux, par manque d'épaisseur.
Certainement que le metteur en scène a voulu, en refusant le spectacle et le trop émotionnel, être plus intimiste, et il l'est d'ailleurs par moments,  pourtant il s'est souvent laissé piégé par ses paysages,  et cette longue marche, sans grande passion, qui hésite sans cesse entre le film d'aventures et la fresque intimiste, ne nous tient pas suffisamment en haleine et finit même par nous fatiguer quelque peu!A voir malgré tout, pour les bons comédiens et la belle histoire.

MA NOTE: 12/20


Publié dans Vu en salle-AVENTURES-

Commenter cet article