DE BON MATIN-Chute libre-

Publié le par BIBI07

19632125.jpg-r_760_x-f_jpg-q_x-20110105_030408.jpg

 

Lundi matin, Paul Wertret se rend à son travail, à la banque où il est chargé d’affaires. Il arrive, comme à son habitude, à huit heures précises, sort un revolver et abat deux de ses supérieurs. Puis il s’enferme dans son bureau. Dans l’attente des forces de l’ordre, cet homme, jusque là sans histoire, revoit des pans de sa vie et les évènements qui l’on conduit à commettre son acte…

 

Vu en avant-première à l'UGC Ciné-Cité La Défense, en présence de son metteur en scène Jean-Marc Moutout , voici un film très noir, encré dans la triste actualité, inspiré d'un fait divers réel, le film peut choquer et ne pas toucher par son côté glacial, clinique, moi j'ai été porté par son atmosphère opressante, qui ne vous lâche plus, le tout  filmé sans jamais aucune concession au pathos, jamais porté vers l'émotion facile, simplement réaliste, et pourtant touchant par sa description humaine, presque chirurgicale (on filme le corps de près) de ce personnage qui plonge vers l'enfer, vers le néant de sa vie, vie qu'il revoit par flashs-backs.

Evidemment la présence et le charisme impressionnant (ici d'une sobriété épatante) de Jean-Pierre Darroussin y est pour beaucoup, l'acteur impose d'emblée son personnage, détaché, abattu, mais pourtant bien déterminé à en finir, lui qu'on a rabaissé et humilié,que le système terrifiant et l'univers impitoyable de l'entreprise et du profit a broyé peu à peu, jusqu'à le déshumaniser totalement, il ne se reconnait plus, il ne se connait même plus.

Dommage que les seconds rôles, comme celui de sa femme ou les relations avec son fils par exemple, soient mal utilisés ou un peu sacrifiés, quand à Xavier Beauvois, s'il a la tête de l'emploi, en jeune loup cynique et sans état d'âme, son jeu peut paraitre parfois un peu approximatif.

Une histoire dérangeante, troublante, un drame total qui fait froid dans le dos mais qui interpelle aussi gravement, réflexion sur le harcèlement et ses conséquences sur l'humain, filmé avec une sobriété rigoureuse et une tension diffuse qui n'en est que plus forte.

 

2011-05-23 CANNES 2011146

 

TRESBIEN-copie-1.gif MA NOTE: 14/20

Commenter cet article