MARIE-FRANCE PISIER-L'amour en fuite-

Publié le

 Le cinéma français en deuil avec la disparition brutale de Marie-France Pisier,
 une actrice au regard teinté d'un certain mystère qui alliait classe et élégance dans chacun de ses rôles.


En 1961, François Truffaut recherche pour donner la réplique à Jean-Pierre Léaud alias l'Antoine Doinel du sketch Antoine et Colette (un court métrage de L'Amour à vingt ans) une adolescente, « pas une lolita, pas une blousonne, pas une petite jeune femme ». Elle doit être simple, rieuse et avoir une bonne culture moyenne. Pisier, qui fait alors partie d'une troupe de théâtre amateur, est choisie par le cinéaste. On la retrouvera, 17 ans plus tard, incarnant le personnage de Colette dans L'Amour en fuite, dernière aventure de Doinel coécrite par la comédienne en 1978. Elle y croise Léaud dans le train et, à la fin du film, dans une scène émouvante, elle croise également Claude Jade successivement la maîtresse, la femme et l'ancienne femme de Doinel. Entre-temps, Marie-France Pisier est devenue une égérie du cinéma d'auteur, apparaissant dans les univers oniriques d' Alain Robbe-Grillet, Luis Buñuel, Jacques Rivette et surtout du jeune André Téchiné. Grâce à ce dernier, elle obtiendra deux fois le César du Meilleur second rôle, en 1976 et 1977. En 1976, année de la consécration, les Césars récompensent aussi l'actrice pour sa prestation dans Cousin, cousine de Jean-Charles Tacchella. (Wikipedia)

RIP.






Commenter cet article