THE ARTIST-Les feux de la rampe-

Publié le par BIBI07

artist.jpg

 

Hollywood 1927. George Valentin est une vedette du cinéma muet à qui tout sourit. L'arrivée des films parlants va le faire sombrer dans l'oubli. Peppy Miller, jeune figurante, va elle, être propulsée au firmament des stars. Ce film raconte l'histoire de leurs destins croisés, ou comment la célébrité, l'orgueil et l'argent peuvent être autant d'obstacles à leur histoire d'amour.

 

Vu en avant-première mardi soir à l'UGC Ciné-Cité Les Halles à Paris, en présence de son réalisateur Michel Hazanavicius et de son acteur principal Jean Dujardin, voici enfin ce film dont on a beaucoup parlé depuis Cannes (d'où Dujardin est reparti avec le Prix d'interprétation), on a beaucoup évoqué le fait que ce soit un film muet, en noir et blanc, etc... à l'arrivée on est émerveillé à la fois de tant de simplicité et de tant de beauté!

Evidemment le film doit beaucoup à la performance, le mot n'est pas trop fort, de Jean Dujardin, qui n'a pas volé son Prix, l'acteur dévoile ici toutes les facettes de son talent, la comédie, le charme, la puissance tragique, l'élégance, l'expressivité, à tour de rôle( et même parfois en même temps) émouvant et drôle, imposant son charisme énorme, et rentrant à merveille dans le costume du personnage,  cet acteur des années 20 qui passe de la gloire à la déchéance, imposant son physique exceptionnel matiné de Clark Gable et autres Errol Flynn, on jurerait que le noir et blanc a été réinventé pour lui!Et que dire de sa prestation finale et de son numéro de claquettes!L'acteur irradie et bouffe la pellicule comme personne!

A ses côtés Bérénice Bejo apporte un charme pétillant et une espièglerie bienvenue, elle est elle aussi splendide, et apporte la scène la plus belle et la plus émouvante du film, lorsqu'elle met la main dans la redingote de George Valentin et l'étreint langoureusement, et comment résister à son clin d'oeil délicieux, sans oublier des seconds rôles superbes, à commencer par le chien Uggy, impayable chien savant (qui a d'ailleurs obtenu la Palme Dog à Cannes!) et deux "gueules" du cinéma américain: John Goodman en producteur à cigare et James Cromwell en fidèle chauffeur de l'acteur,

Hommage au cinéma d'antan, le film recèle de superbes et touchantes trouvailles visuelles,  on en ressort tout émerveillé, saisi par la beauté poétique et la grâce nostalgique de cette romance mélodramatique qui nous enchante, nous fait rire, pleurer, ce qui fait oublier totalement l'exercice de style qu'on aurait pu craindre devoir supporter, alors se déroule sous nos yeux  écarquillés une vraie magie de cinéma, décuplée par un travail stupéfiant et sublime sur la lumière et les décors, une photographie élégante, un noir et blanc éblouissant, une partition osée mais réussie et bluffante, qu'on quitte à regret mais qu'on a envie de vite revivre à nouveau!

Que du bonheur! et Dujardin, pour tous ceux qui en douteraient encore, affirme définitivement qu'il est le plus grand acteur de sa génération, avec ce qui restera sans doute le rôle marquant de sa carrière déjà bien fournie et qui devrait à nouveau s"amplifier, et s'il a déjà le César quasiment en poche, il peut, qui sait, espérer aller encore plus loin...

Un grand film populaire, tous publics, qui devrait faire un carton à condition que le public veuille bien vivre cette gonflée et originale expérience de cinéma, une histoire au fonds qui pourrait paraitre un peu naïf voir désuet mais que sa forme esthétiquement superbe amène au firmament, assurément du grand art, hommage réussi et respectueux d'un vrai amoureux du cinéma, amour qu'il nous restitue et nous communique avec talent!

 

2011-05-23-CANNES-2011.jpg

 

1202466143_excellent.gifMA NOTE: 16/20

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Jérémy 01/11/2011 14:53


Un défi très bien réussi, à la fois populaire et émouvant.
J'ai beaucoup aimé l'attention de la mise en scène à ne pas seulement s'approprier les codes mais à y repenser de façon contemporaine.
(de l'avatar au fond de ton blog... tu apprécies Jean Dujardin, non ?! :) )


moncler jacket 01/11/2011 09:59


Vous remercier, cet article relativement parlant, écrit un verre de vin, XiangChun moelleuse délicieux. XiXi dégustation ou après lui, reste si bien davantage des choses.


doing a literature review 18/10/2011 13:56


This posting on the Blog is so nice, I appreciate for your work. Thank you very much for your information, nice job keep it up