CANNES 2011-18 MAI-Lars Von Trier et Sarkozy-

Publié le

Le nouveau Lars Von trier, deux ans après son sulfureux "Antichrist", "Melancholia", plus soft dans son scénario, divise les spectateurs, pour ma part décevant, après une première partie magnifiée par des images sublimes de beauté, la deuxième partie de ce lourd pensum sur l'Appocalypse traine en longueur, trop ampoulé, trop statique dans son fonds, le film rapportera malgré tout un prix d'interprétation à la gracieuse Kirsten Dunst.Quand à Lars Von Trier il sera chassé du festival pour des propos indécents lors de la conférence de presse, en bon provocateur qu'il est.
"La conquête" raconte l'accession au pouvoir du président Sarkozy, jouant en parallèle sur sa rupture amoureuse, comédie du pouvoir un peu à l'italienne, qui vaut surtout par ses dialogues piquants entre les différents protagonistes de ce jeu politique pas toujours passionnant, ne révélant pas grand-chose de nouveau,  mais bien rythmé, souvent bien acide et cocasse,  et porté par le jeu subtil de Denis Podalydes en Sarkozy, plus la performance de Florence Pernel, très crédible en Cécilia.








Publié dans FESTIVALS

Commenter cet article